Opération Requiem – Stanislas Petrosky

Je suis un peu en retard sur mes avis lecture et j’en suis désolée, mais il faut que je vous parle du dernier roman de Stanislas Petrosky. Déjà parce que je vous ai parlé de tous ses romans jusqu’ici. Et parce que la série des Requiem est un bon moment de détente qui allie rire et valeur morale qui est généralement très proche des miennes.

Je ne vais pas me pencher cette fois-ci sur le style pris par l’auteur sur cette série, vous avez les chroniques je m’appelle requiem et je t’….. , Dieu pardonne lui pas , Le diable s’habille en licorne et Requiem pour un fou .Normalement, j’ai abordé le sujet largement avec ces retours.

Dans cet opus, on quitte la France ! On part en Afrique, sauvez les éléphants, les lions, les girafes, les antilopes ….Bon je ne vais pas te faire la liste des animaux de la savane. Notre curé enfile un short et des baskets pour botter le cul à une organisation de safari sauvage.

Tu as compris le bordel ? C’est déjà la smala…Au départ des petites arnaques pour en arriver à dépecer des éléphants et des rhinos à la tronçonneuse dans la brousse. Pas de haut-le-coeur s’il te plait, c’est comme ça que cela se passe pour que tu aies un beau pendentif en ivoire autour du cou.

D’ailleurs à ton échelle, tu fais dans l’extinction animale…

Ha, ne commence pas à me rouler des yeux comme ça !

La pâte, les biscuits, toutes les saloperies que tu t’enfiles pour soulager ton stress, pour donner du volume à ton cul. Pense qu’à chaque fois que tu t’enfiles une de ces merdes, tu crames un orang-outan…

Stanislas Petrosky reste fidèle à sa ligne de conduite depuis le début de cette série, bien que notre curé soit lubrique, depuis quelques tomes il s’assagit ou tout du moins nous ne sommes pas avec lui pour participer à ses performances. De vous à moi, je trouve que cela donne un peu plus d’importance au message de l’auteur.

Au bout d’un moment ça va se voir que je pilote un bateau aussi bien qu’un président gouverne la France. C’est-à-dire sans savoir comment faire et encore moins où on va.

Un nouvel opus très riche. Chaque début de chapitre porte le nom d’un animal en voie de disparition (pour certains totalement inconnus pour moi ! Merci google ! ).

C’est peut-être, finalement, l’aventure que j’ai préféré de Requiem. Pour son message, bien que les autres étaient aussi très important. Mais pour son aventure qui nous fait voyager et le côté plus « calme » du curé (moins de cul et de baston).

D’autres blogs en parlent ! Si vous souhaitez approfondir.

En Positif : Des livres et sharonPsychopathes du polar

En négatif ou plus mitigé : Les livres de flo

  • Originalité
  • Facilité de lecture
  • Charge émotionnelle
  • Dépaysement
  • Addictif
  • Instructif
  • Absence de longueur
  • Humour
  • Crédibilité
  • Coup de cœur

Quatrième de couverture :

Quand Requiem, le plus déjanté des curés, agent secret du Vatican décide de prendre la défense des animaux, et qu’il se retrouve confronté aux Yakuza, ça donne un polar sans temps mort, avec des répliques toujours aussi ciselées.
Une fois de plus, Petrosky nous ouvre les yeux sur un problème de société avec humour.
« Un roman jubilatoire pour la défense des animaux. »

3 commentaires

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s