Préférer l’hiver – Aurélie Jeannin

Un roman difficile à chroniquer pour moi. Il est sombre et lumineux, lent et prenant, tout en contradiction. Vraiment pas évident de vous en parler.

Une mère et sa fille vivent recluses dans un chalet en pleine forêt. Elles cultivent, recyclent, s’adaptent à une vie rude, mais isolée. Elles vivent une succession de gestes, habitudes nécessaires à leurs bien-être. Et lorsque arrive l’hiver, elles font des provisions en ville pour tenir cette période silencieuse et rude.Un équilibre avec la nature qui va être bouleversé lorsqu’elles vont apprendre la mort du fils (et frère). Un deuil qui ravive un autre.

Une douleur qui va mettre en péril cette quiétude. De plus, la fille se sent observer depuis quelque temps. Est-ce son imagination, un animal ou quelque chose de sombre dangereux ?

Ne pas ruminer le passé, ne pas se projeter dans le futur, vivre ici et maintenant est sans conteste l’effort le plus important que j’aie jamais eu à fournir. Et je crois qu’il en est de même pour Maman. C’est à ce prix que nous tentons de surmonter nos deuils, l’une et l’autre. On ne se relève qu’au présent, à chaque pas, à chaque geste. C’est mon sentiment. On ne tient pas vraiment debout, on se relève, on retombe et on se relève. Et on le fait à chaque seconde. Tout cela mis bout à bout fait que nous tenons debout. En restant dans le passé, on tombe en arrière, et rien ne nous retient. Si on se projette, on tombe en avant, dans ce trou incertain que représente l’avenir. Il faut être dans le présent, de façon absolue, profonde, totale, pour, à défaut de continuer à vivre, au moins ne pas mourir.

Ce premier roman est donc une dualité pour moi, car il est magnifiquement écrit. Des phrases somptueuses, poétiques, enjôleuses. Qui vous happe, vous empêche de vous endormir par ce rythme d’une extrême lenteur. Car, il faut le dire c’est mou, lent, il ne passe presque rien. On remonte le temps, on est au présent. On est dans l’introspection.

Et puis, nous n’avons pas de nom, c’est la mère et sa fille (la narratrice de l’histoire). Pas d’identité. Rien auquel s’accrocher, s’attacher. Et pourtant. Pourtant, on a jamais aussi proche d’un personnage. De sa souffrance. De son envie de vivre simplement, de se laisser porter et surtout de s’éloigner de la société. De son amour pour sa mère, son désir de l’aider.

Un roman qui me laisse dubitative dans mon retour. Que j’avais envie de terminer et de laisser tomber en même temps. Au final, je ne le conseille pas. A vous de voir. Lisez les autres retours. Lancez-vous ou pas 😉

D’autres blogs en parlent ! Si vous souhaitez approfondir.

En Positif : Encore un livrePassion lecture annick

En négatif ou plus mitigé : Vie quotidienne de flaure

  • Originalité
  • Facilité de lecture
  • Charge émotionnelle
  • Dépaysement
  • Addictif
  • Instructif
  • Absence de longueur
  • Humour
  • Crédibilité
  • Coup de cœur

Quatrième de couverture :

À distance du monde, une fille et sa mère, recluses dans une cabane en forêt, tentent de se relever des drames qui les ont frappées. Aux yeux de ceux qui peuplent la ville voisine, elles sont les perdues du coin. Pourtant, ces deux silencieuses se tiennent debout, explorent leur douleur et luttent, au coeur d’une Nature à la fois nourricière et cruelle et d’un hiver qui est bien plus qu’une saison : un écrin rugueux où vivre reste, au mépris du superflu, la seule chose qui compte.
Dans un rythme tendu et une langue concise et précise qui rend grâce à la Nature jusqu’à son extrémité la plus sauvage, Aurélie Jeannin, dont c’est le premier roman, signe un texte comme une mélancolie blanche, aussi puissant qu’envoûtant.

2 commentaires

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s