Duel en enfer – Bob Garcia

Ma « touche » perso:

Voila un roman qui met en scène le super détective de Sir Arthur Conan Doyle et le serial killer le plus connu et inconnu de l’histoire !

Un affrontement historique pour les amateurs de ce personnage. Et je trouve qu’il faut être couillu pour reprendre sherlock Holmes et le faire vivre avec un tel passif . Alors Bob Garcia, suicidaire ou un acte de génie ?

Il faut tout d’abord prévenir les futurs lecteurs, ce livre est un petit pavé de 672 pages (en version poche ) et que si vous connaissez un petit peu l’histoire de Jack l’éventreur, vous aurez toujours le même nombre de victimes, le même mode opératoire et que ce personnage (qui est fictif je tiens à le rappeler car il a été tant remis en scène ) ne devient pas un autre monstre que celui qu’il a été en 1888.

Commençons par une petite bande-annonce histoire de vous mettre en appétit 😉

Ah ah, j’aperçois deux ou trois gouttes de salives !

Tout commence Par un besoin d’argent ! Oui, on vous a déjà prévenu que les billets dirigeaient le monde. Le Docteur Watson se retrouve dans l’obligation de vendre un de ses nombreux carnets qu’il tenait à l’époque où Sherlock Holmes était encore de ce monde ! Oui vous avez bien entendu ! Le grand détective est mort, Watson est vieux .. Le public se désespère de ne plus lire dans le journal les aventures du duo. Le directeur éditorial qui achète le fameux carnet se précipite dans la lecture de celui-ci afin de permettre la survie de son journal. Au fil des pages nous nous enfonçons profondément dans les ruelles de Whitechapel.

J’aime qu’un roman historique me transporte dans une époque et que je m’y sente pleinement à ma place . Bob Garcia a réussi le tour de force de me faire vivre en Londonienne du XIX e siècle. Le polar historique est, à mon humble avis, un exercice très difficile ! Car il faut être impeccable sur l’intrigue, sur les décors et sur les faits historiques. Dans ce roman, on rencontre des personnages qui ont vraiment existé mêlé à des personnages fictifs qui paraissent tout a fait réel (j’ai du chercher sur internet afin de savoir les vrais des faux !) .

De plus j’aime que l’auteur prenne son temps afin de me permettre de visualiser et sentir (oui l’odeur est importante à cette époque !) les rues, les gens, comprendre les réactions ..Je ne suis pas fan de Zola pour rien !

J’ai lu une ou deux critiques sur Babélio où les lecteurs ont estimé qu’il y avait trop de pages pour rien ! Je pense que ces personnes aiment l’action, l’intrigue plus que l’immersion, la curiosité de l’époque. Personnellement, j’ai aimé que par moment l’intrigue s’efface légèrement pour laisser la place à la découverte de la création des tunnels du métro, la gestion des déchets de l’hôpital, l’affreuse condition de travail dans les morgues ….

Pour finir, il faut aussi que je vous parle de la touche d’humour tout le long du roman. Je me suis vue sourire à plusieurs reprises lors de différent dialogue.

– Nous avons affaire à un habile simulateur, mademoiselle.
– Mais sur quelles preuves l’avez vous inculpé ? insista la jeune femme.
– Il a signé des aveux complets.
– Mais comment est-ce possible s’il ne comprend pas un mot d’anglais ?                     
– C’est un simulateur, vous dis-je ! insista Lestrade. Il s’est trahi lui-même. Lors de l’interrogatoire qui a précédé son inculpation, il a prononcé très distinctement et à plusieurs reprises les mots : « Pitié, tapez plus ! »

On sent que l’auteur a pris plaisir et nous le fait partager !
C’est le premier roman de l’auteur que je lis mais je dois vous avouer que je vais me procurer ces deux autres romans « Le testament de Sherlock Holmes » et « Le vrai journal de Jack L’Eventreur  » et puis un autre me fait de l’œil « Les spectres de Chicago »

D’autres blogs en parlent ! Si vous souhaitez approfondir.
En Positif : fairystelphique , Ecriture et poesieSaga bouquins
En négatif : The cannibal lecteurRhapsodyinbooks

Mon score:

 
4-5-bis
  • Originalité
  • Facilité de lecture
  • Charge émotionnelle
  • Dépaysement
  • Addictif
  • Instructif
  • Absence de longueur
  • Humour
  • Crédibilité
  • Coup de cœur

 

Quatrième de couverture:

Londres, été 1888. Sous le poids d’une chaleur suffocante, la ville est saisie d’horreur par les premiers meurtres de celui qu’on nommera bientôt  » Jack l’Eventreur « . Pourtant, aucune des enquêtes du célèbre Sherlock Holmes ne mentionne la plus fameuse affaire criminelle qui ait agité ses contemporains. Bien des années plus tard, le docteur Watson confie à son éditeur le journal de l’investigation qu’il mena aux côtés du détective sur l’insaisissable tueur en série. Une terrible plongée dans l’enfer des bas-fonds londoniens, sur les pas du meurtrier le plus sanguinaire et le plus énigmatique que l’Angleterre ait connu.

Publicités

4 comments

  1. Merci pour le lien!!!!;)
    C'est vrai que je me rappelle avoir bien aimé, au grand dam de ma binomette Cannibal Lecteur….Mais bon, je ne suis pas une experte comme elle….J'ai passé un bon moment, c'est souvent l'essentiel qu'on demande à un livre!!!;)

    J'aime

  2. Avec plaisir ma tite dame ! J'ai lu vos deux avis et oui vous êtes en total désaccord sur ce roman …Mais j'aime cela aussi. Tout n'est pas toujours noir ou blanc ..Et moi je suis comme toi, j'ai passé un bon moment 🙂

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s