Le savais – tu ?? Base militaire Américaine en France

Grâce au roman De la part d’Hannah de Laurent Malot, j’ai découvert que de la fin de la Seconde Guerre mondiale jusqu’en 1967, la  France avait sur son territoire métropolitain plusieurs bases militaires utilisées par ses alliés occidentaux de l’OTAN.

Pourquoi des Bases en France ?

De 1951 à 1967, plus de 60 000 militaires américains étaient stationnés en France pendant La guerre froide. US Army, US Navy et US Air Force avaient déployé leurs troupes de la Côte d’Azur à la Lorraine, en passant par l’Ile-de-France et le littoral atlantique. La ville de Châteauroux hébergeait la plus grande base. Nos alliés pendant la Seconde Guerre mondiale investissaient les lieux, mais également en Allemagne, se préparant au conflit avec l’URSS.

330px-NATO_AB_in_France_map-fr.svg

En 1966, le général De Gaulle décide de retirer la France des organes militaires intégrés de l’OTAN et demande aux forces américaines d’évacuer les bases qu’elles occupent. Ainsi prennent fin quinze années durant lesquelles les Français ont pu côtoyer les militaires américains.

Une cohabitation Américo-Française ? 

Depuis le début des années cinquante Châteauroux, Verdun, Orléans, Chaumont,La Rochelle ou Toul ont vécu à l’heure américaine. Les militaires américains sont venus avec leur famille, transplantant en France un peu du « rêve américain » qu’envie tant l’Europe. Les bases américaines tiennent une place très importante, car elles ont un enjeu militaire et politique pour Paris et Washington mais aussi parce qu’elles ont participé à l’américanisation de la France. Ces hommes grands et aux tenues impeccables, avec leurs grosses voitures et leurs musiques inconnues, ont changé la vie locale.

En quelques mois, la ville s’est américanisée: pop-corn, marshmallows, hamburgers, beurre de cacahouète, jeans, tee-shirts, bars de GI, boîtes de strip-tease, soldats en Jeep, rock and roll.

Gérard Depardieu, natif de Châteauroux, dans un livre d’entretiens avec Laurent Neumann

La préfecture de l’Indre, sélectionnée par le Pentagone pour établir la plaque tournante de la logistique des forces américaines en Europe, hébergeait le plus important contingent d’Américains en France : ils furent jusqu’à 12 000 à y vivre. Et leur garnison, installée à l’extérieur de l’agglomération, à la Martinerie (aujourd’hui siège du 517e régiment du train) et sur l’aéroport de Déols, devint une petite Amérique au cœur du Berry. On y trouvait, outre les casernements, un PX (magasin réservé aux militaires), deux cinémas, un bowling, une patinoire pour rollers, un hôpital avec maternité, des terrains de sport et même un parcours de golf. Sans oublier l’école qui allait jusqu’au secondaire. ( information Figaro 2009 PAR JEAN-MARC GONIN )

Résultat de recherche d'images pour "base américaine france"

En chiffre ..

  • 15 années !
  • 12 bases aériennes Air Force
  • 2 bases aériennes Canadienne
  • 4 bases terrestres Air Force
  • 10 plateformes de moindre importance (pistes de secours)
  • 4 plateaux logistiques
  • 25 dépôts répartis sur le territoire
  • 62 000 Soldats accompagnés de 1 250 civils.
  • + de 3 000 habitations construites
  • + 13 500 élèves avaient un enseignement américain
  • Championnat de Baseball : L’équipe benjamine (11-12 ans) de baseball de Poitiers a représenté l’Europe lors des Little League World Series de 1962.
  •  En 1956, dans toute l’Europe, 4 000 garçons américains et 3 000 filles américaines participent aux activités de scoutisme du programme commun Army-Air Force.
  • A Châteauroux : Pas moins de 450 mariages mixtes ou quelques dizaines de naissances d’enfants sans père déclaré ont aussi été enregistrées à l’état civil. Conçus dans des Cadillac jaune citron sur la musique d’Elvis Presley.

Image associée

Que nous reste t’il ? 

Les bases d’Évreux-Fauville , de Nancy-Ochey , de Phalsbourg  et d’Étain-Rouvres sont toujours utilisées par l’Armée de l’air française et l’Aviation légère de l’Armée de terre. La base de Chaumont accueille le 61e régiment d’artillerie de l’Armée de terre.

La base de Grostenquin fait aujourd’hui partie du Polygone de Guerre Électronique (centre d’entraînement aux tactiques de guerre électronique situé à la frontière de la France et de l’Allemagne.)

Les bases de bordeaux  et d’Orly deviennent des aéroports.

La base de Dreux est un parc photovoltaïque.

Les autres sont pour la plupart des aérodromes ou à l’abandon.

 

 

 

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s