Sauf – Hervé Commère

Sauf est de ces romans qui défilent à une vitesse folle. Vous arrivez au mot final sans vous en rendre compte, un peu frustré qu’il soit déjà terminé tant vous aimiez être entre ses lignes.

Mat est un homme qui s’est construit malgré la mort tragique de ses parents dans un incendie alors qu’il était en vacances à l’âge de 6 ans. Difficile de grandir sereinement, mais aujourd’hui, à plus de quarante ans, on peut dire qu’il a trouvé un équilibre. Il a une femme dans sa vie qu’il aime plus que tout, une belle-fille extra, un dépôt-vente où il s’épanouit et une superbe maison dans laquelle il se sent bien. Tout pour être heureux, jusqu’au jour où il découvre un album photo de sa maison d’enfance qui a brûlé. Comment cet album peut être intact et revenir entre ses mains après tant d’année ?

Nous pensons parfois avoir tout vu. Ce soir, nous avons tort. La vérité n’est pas forcément celle qu’on nous raconte, la preuve est sous mes yeux. Cette fois, l’histoire en jeu, c’est la mienne : tout n’a pas brûlé dans l’incendie du manoir où mes parents sont morts.

Une fois de plus, Hervé Commère ne me déçoit pas. Son histoire est simple, fluide, entraînante. On court après les secrets de famille, les vérités cachées tout comme Mat. Et comme une avalanche, cette histoire commence par un petit truc qui va tout détruire sur son passage. L’effet boule de neige ou plus exactement l’effet papillon.

La vie de Mat était bien trop calme pour Monsieur Commère, il lui a offert le chaos sur un plateau ! 

J’ai apprécié particulièrement les deux employés de Mat, Gary et Mylène, au caractère bien trempé et leur brin de folie. Ils amènent de la fraîcheur à cette intrigue qui en a bien besoin par moment. Il faut reconnaître qu’on est pris par le rythme imposé par l’auteur qui s’accélère au court des chapitres.

D’ailleurs, en parlant de chapitres, ils sont courts. Les phrases également. Ce qui n’enlève pas l’émotion mais on sent comme une urgence. L’urgence pour le personnage de connaitre son histoire ? Je pense plutôt que l’auteur est intelligent,  il nous met en condition pour apprécier pleinement son histoire. Une sorte d’harmonie entre les mots, l’intrigue, l’émotion ressentit par le personnage principal et nous le lecteur, acteur passif de l’histoire.

Vous l’aurez compris, j’ai apprécié cette lecture. Un roman noir ? Oui peut-être, mais pas seulement. Comme pour Ce qu’il nous faut, c’est un mort, il est bien difficile de caser ce roman dans une catégorie, et c’est tant mieux !

D’autres blogs en parlent ! Si vous souhaitez approfondir.
En Positif : Emotions – anais serial lectrice

En négatif ou plus mitigé : aude bouquine – Le cabinet de curiosithés

Mon score:

  • Originalité 4-5-bis
  • Facilité de lecture
  • Charge émotionnelle
  • Dépaysement
  • Addictif
  • Instructif
  • Absence de longueur
  • Humour
  • Crédibilité
  • Coup de cœur

Quatrième de couverture:

L’année de ses six ans, à l’été 1976, Mat a perdu ses parents dans l’incendie de leur manoir en Bretagne. Rien n’a survécu aux flammes, pas le moindre objet.

Mat est aujourd’hui propriétaire d’un dépôt-vente. Comme à chaque retour de congés, il passe en revue les dernières acquisitions. La veille, ses employés ont récupéré un album photos à couverture de velours. Sur chaque page de cet album, des photos de lui enfant. Sauf que cet album ne devrait plus exister. Il ne peut pas exister. Et pourtant…

Mat a toujours aimé se raconter des histoires, mais à quarante ans passés, il semblerait que la sienne lui ait échappé. De Montreuil à la pointe du Finistère, cherchant à comprendre quel message la vie veut lui adresser, il traquera les vérités, ses vérités, celles que recèle un album de famille resurgi brutalement des décombres.

Publicités

8 commentaires

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s