Le savais-tu ?? Bund germano-américain

Je franchis les portes et m’arrête net, comme foudroyé. La sidération, tandis que je surplombe la salle. Gigantesque. Bondée. Pleine à craquer, de la fosse aux balcons. Des milliers de gens au regard rivé à l’estrade, où sont alignés des mecs en uniforme nazi. À l’image de cet enragé, au micro, derrière son pupitre :
« Oh, je sais ! Ils m’accuseront de me livrer à une supercherie ! Ils diront que je suis un manipulateur, que mon message est une propagande orchestrée par M. Goebbels et le chancelier Hitler ! »
À l’arrière-plan, une immense reproduction du président Washington se tient entre des bannières du pays et des croix gammées. Ces symboles infâmes, ici, sous le dôme du Garden. Ce lieu mythique dédié à la musique et au sport accueille maintenant un rassemblement pronazi.
« Nous, la Fédération germano-américaine, nous sommes déterminés à protéger nos foyers, nos femmes et nos enfants contre les conspirateurs qui veulent faire de cette glorieuse république un “paradis” bolchevique infernal ! »

Lors de ma lecture du dernier roman de Michaël Mention, Manhattan Chaos, j’ai dû relire plusieurs fois ce passage afin de l’assimiler. Puis j’ai sorti mon portable afin de mettre des images sur les mots lus ..Voilà ce qu’il ressort de mes recherches : 

Le Bund germano-américain, une organisation pro-nazie qui regroupe des Américains d’origine allemande durant 1936 à 1941. Bien entendu, en plus de l’admiration pour Adolf Hitler et pour les projets de l’Allemagne nazie, le programme du BGA incluait l’antisémitisme et l’anti-communisme. Il exigeait la neutralité des Etats-Unis dans le conflit européen à venir.

Remontons un peu le temps 

En 1933, l’association « Amis de la nouvelle Allemagne » est fondée par un membre du NDSAP, le parti nazi allemand, immigré aux États-Unis. Le groupe, qui s’en prend violemment aux Juifs, aux communistes et au Traité de Versailles, compte quelques milliers de membres, sans qu’on sache précisément combien. Il manifeste dans les rues, tient des réunions, et son but est d’unifier sous sa bannière les Américains d’origine allemande. Mais dès l’automne 1935, le régime nazi appelle les Allemands résidant aux États-Unis à quitter ce groupe, considéré comme trop « indiscipliné » pour servir les intérêts allemands, selon ce que raconte notamment l’hebdomadaire Chicago Reader, qui évoquait l’histoire des mouvements nazis américains en mars 2016.

BUND

Fritz Kuhn

Fritz Kuhn, le dirigeant du Bund germano-américain, était considéré comme le principal antisémite du pays. Ingénieur en chimie et ancien soldat allemand naturalisé américain, Fritz Julius Kuhn. Ce dernier se targuait également selon le New York Daily News d’avoir marché aux côtés d’Adolf Hitler, lors du coup d’État manqué de ce dernier en 1923 en Bavière.

On ne connait pas avec certitude le nombre des membres du Bund germano-américain, mais des estimations fiables le chiffrent à 25 000 adhérents cotisants, dont 8 000 en uniforme.

 En février 1939 eut lieu une manifestation pour proclamer les droits des blancs chrétiens, les « vrais patriotes ». Organisée au Madison Square Garden à New-York, elle rassembla une foule de 20 000 personnes qui huèrent le président Franklin D. Roosevelt et firent le salut nazi en criant « Heil Hitler ». Le Bund germano-américain coopéra étroitement avec le « Front chrétien » créé par le prêtre antisémite Charles Coughlin. Les activités du Bund conduisirent des représentants au Congrès, juifs et non-juifs, à réclamer une enquête par le Comité sur les activités anti-américaines (House Un-American Activities Committee) présidé par Martin Dies. Les auditions de ce Comité, qui se tinrent en 1939, montrèrent clairement que le Bund germano-américain avait des liens avec le gouvernement nazi. Peu après, il fut prouvé que Kuhn était coupable du détournement des fonds de l’organisation, et il fut condamné à une peine de prison. Pendant les années qui suivirent, plusieurs dirigeants du Bund germano-américain furent internés au titre d’étrangers dangereux, et d’autres furent mis en prison pour diverses infractions. En 1941, le nombre des membres de l’organisation déclinait. Après l’entrée en guerre des Etats-Unis en décembre 1941, le Bund germano-américain fut interdit.

Camp d’été 

Le Bund (« Bund » signifie association ou fédération en allemand) germano-américain mena une propagande active, publia des revues et des brochures, organisa des manifestations, et géra des camps de jeunesse organisés sur le modèle des camps des jeunesses hitlériennes.

 L’association crée une branche dans le petit village de Yaphank, sur l’île de Long Island, dans l’état de New York. Non loin de Manhattan, les petites maisons de Yaphank accueillent les centaines de participants du Camp Siegfried, un camp d’été pro-nazi. Les rues sont baptisées du nom de dignitaires national-socialistes, dont Adolph Hitler et Joseph Goebbels.

Aujourd’hui

L’un des quartiers de Yaphank exige toujours de ses habitants qu’ils prouvent leur origine germanique.

la branche locale du German American Bund s’est transformée en Ligue d’occupation germano-américaine, qui reste propriétaire des terrains sur lesquels étaient organisés les camps d’été nazis. Le règlement de la Ligue exige que les propriétaires de la cinquantaine de maisons situées sur ses terrains soient d’origine allemande. Résultat : les 45 familles de la communauté sont quasiment toutes blanches, selon le NYT. Les noms à consonance germanique « tels que Miethe et Korneffel » y sont également nombreux.

L’une de ces familles, les Kneer, d’origine allemande, raconte que lors de l’achat de leur maison en 1998, la mère de Patricia Flynn-Kneer a été interrogée en allemand par la Ligue – une manière de vérifier leurs origines allemandes. Au moment d’emménager, le couple accepte les règles dictées par la Ligue.

Mais après 8 ans à Yaphank, ils décident de vendre la maison pour un logement plus spacieux. Pour cela, ils doivent respecter le règlement écrit de la Ligue, qui possède le terrain sur lequel vivent les Kneer. Problème ? Cela suppose de trouver un nouveau propriétaire d’origine allemande, selon eux.

En effet, la Ligue interdit d’afficher un sigle « à vendre » sur la maison, ou de passer par une petite annonce publique. La vente doit être publiée uniquement auprès des membres de la Ligue et de leurs amis. En vente depuis 2006, la maison des Kneer n’a toujours pas trouvé preneur. La faute, selon ces derniers, à cette règle, qui permettrait de contrôler l’origine ethnique des habitants. Le couple dénonce une pratique discriminatoire et a entamé une action en justice ce mois-ci.

source : Wikipédia – lihj.cc.stonybrookjoliemome.orgfrancetvinfo

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s