Il était un fleuve – Diane Setterfield

Diane Setterfield nous offre un livre d’une très grande qualité, un mélange de conte et intrigue, un livre du passé qui nous est raconté au coin du feu et qui va faire ouvrir grand vos yeux d’enfants.

Angleterre, milieu XIXe siècle. Au cœur d’une auberge au bord de la Tamise. Un groupe d’hommes et une femme se racontent des histoires. Comme tous les soirs, ici, on narre des histoires de fantômes, revenants, des souvenirs, du passé ou peut-être de l’avenir. On se fait frémir, rêver. Mais on vit les histoires. On cherche ses mots pour être le plus éloquent, le plus juste. Bien souvent, une même histoire à plusieurs fins, plusieurs protagonistes. Voilà, vous connaissez le lieu. Et ce soir-là ne déroge  pas à la règle. Jusqu’au moment, où tous vont vivre l’histoire la plus extraordinaire de toutes.

Un homme, un inconnu, entre dans l’auberge avec dans ses bras une petite fille noyée. Il s’effondre. Tous viennent au secours de celui-ci. Quant à la petite fille, elle est froide et inerte, plus un souffle de vie en elle.

On appelle l’infirmière. Elle soigne l’homme et va voir le corps de la petite dans la réserve. Tous sont dans la grande salle, à commenter ce qu’il vient de se passer et se désoler. Lorsque, l’infirmière revient avec la petite dans les bras. Elle est revenue à la vie. Un miracle. Comment cela peut-il se faire? Et qui est-elle ?

Conte

Entre conte et folklore. Diane Setterfield est une auteure d’ambiance. Déjà Treisième conte était un roman avec une atmosphère prégnante. Ici, de nouveau, ce climat joue tout un rôle dans cette histoire. Tout comme le fleuve, point de naissance de toutes les croyances. On lui donne des pouvoirs magiques. Les mythes et légendes ont une importance pour les habitants des rives de la Tamise.

Intrigue

Toute l’intrigue se trouve bien entendu autour de cette petite fille. Et je ne révèle rien de plus que ce que nous retrouvons dans la quatrième de couverture. Mais celle-ci peut être la fille de 3 pères différents.

Le premier est Monsieur Vaughan. La famille Vaughan avait une fillette qui a été kidnappée. Elle  ressemblerait à cette enfant.

Le second, est le fils de la famille Armstrong. Celui-ci aurait une fille cachée.

Ou alors la fille du batelier mort depuis plusieurs siècles. Je vous dis que les croyances sont profondes. A moins que cela soit une fille de gitan ………..

Un pavé, mais purée il passe trop vite

442 pages. Pour mettre dans l’ambiance. Pour vous faire réfléchir ou vous laisser porter. Pour apprécier à sa juste valeur la plume de l’auteur.

Ce livre est pour un lecteur qui aime les histoires, quelles qu’elles soient. Un lecteur patient. J’ai adoré cette rencontre.

Une nouvelle fois, Diane Setterfield démontre son immense talent de conteuse. 

D’autres blogs en parlent ! Si vous souhaitez approfondir.

En Positif : Au fil des livres blog et chroniquesCamdreybricolent

En négatif ou plus mitigé : Babelio

  • Originalité
  • Facilité de lecture
  • Charge émotionnelle
  • Dépaysement
  • Addictif
  • Instructif
  • Absence de longueur
  • Humour
  • Crédibilité
  • Coup de cœur

Quatrième de couverture :

Une auberge au bord de la Tamise, par une nuit de solstice d’hiver au milieu du XIXe siècle. 
Les habitués sont regroupés autour de Joe le conteur lorsqu’un homme pousse la porte, gravement blessé, portant dans ses bras une petite noyée. L’homme s’appelle Henry Daunt, il habite la région et expérimente cette technique révolutionnaire : la photographie. La fillette morte, personne ne sait son nom. Quelques heures plus tard, l’enfant pousse un soupir et revient miraculeusement à la vie. 
Doit-on parler de magie ou bien ce phénomène peut-il s’expliquer par la science ? Mais surtout : d’où vient cette miraculée ? Est-ce Amelia, la fille des Vaughan, enlevée deux ans plus tôt, Alice, la fille de Robin, le bâtard mulâtre des Armstrong, ou bien une petite gitane du camp à côté ? À moins qu’il ne s’agisse de la fille du batelier, Quietly, mort il y a quelques siècles, qui fait maintenant passer les âmes d’un coté à l’autre de la rivière… 
Pendant une année, Henry, avec l’aide de l’infirmière Rita Sunday, va suivre toutes les pistes. Au nouveau solstice d’hiver, bien des mystères seront levés. 

Un thriller folklorique (mais) darwinien, par l’auteure du best-seller Le treizième conte

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s