Ernest et Célestine – Daniel Pennac

Quatrième de couverture : 

Il était une fois deux mondes, celui des ours et celui des souris. Deux univers qui s’évitent, se toisent avec méfiance, mais ne peuvent vivre l?un sans l?autre. Dans le monde du dessus, les parents ours sont ravis que les dents de leurs petits soient chipées par « la petite souris ». Par ailleurs, s?ils en voient une se faufiler dans l?appartement, ils la chassent sans vergogne. Dans le monde souterrain, on apprend aux souriceaux à avoir peur du « Grand méchant ours », tout en les forçant à aller dérober des petites dents et des fournitures à la surface, et à apprendre le métier de dentiste, capital dans un monde où les incisives affûtées sont des outils vitaux? Alors que tous se conforment à l?ordre établi, Ernest, le gros ours clown et musicien qui ne veut pas devenir juge, et Célestine, la petite souris dessinatrice qui refuse d?être dentiste, osent devenir amis. Ils vivent tendrement et librement ensemble, quitte à provoquer ainsi l?indignation des deux mondes, qui vont tenter de les séparer?


Ma « touche » perso :


Lu à deux voix avec mon fils, ce roman est un véritable petit bonbon qu’on laisse fondre doucement sous la langue.
Il aborde différent sujet important pour construire un enfant. Ne pas juger la différence. Aider son prochain. Ne pas se cantonner dans un moule mais au contraire s’épanouir selon sa personnalité et ses désirs.

La plume de Monsieur Pennac n’est plus vraiment inconnue depuis sa série des « Malaussène » mais je n’avais pas lu sa littérature jeunesse.
Je recommande pour tous les enfants et finalement quelque soit l’âge !!


Point d’impact :


 » Il paraît que le bonheur ne se raconte pas. Il paraît que c’est très ennuyeux, le bonheur. Il paraît qu’il ne se passe rien chez les gens heureux. Ils sont heureux et puis c’est tout. Comme si le temps s’était arrêté. Rien à raconter, à ce qu’on dit. Je ne suis pas de cet avis. Mais alors pas du tout ! Je pense même que si on devait raconter tout le bonheur d’Ernest et de Célestine il faudrait des milliers de pages. Parce que le bonheur c’est à la fois immense et minuscule. « 


« Les écrivains ne volent pas, ils empruntent, et leurs livres rendent au lecteur tout ce qu’ils leur ont emprunté. »


Palmarès de l’AUTEUR:


Daniel Pennacchioni est un auteur Français né en 1944 à Casablanca. Il enseignera de 1969 à 1995. Il écrira son premier roman en 1977 sous le nom de Daniel Pennac. 

Il va écrire autant pour la jeunesse que pour les adultes . Etant ici sur un roman jeunesse, je ne relaterai que ceux-là.
En 1984, sort « L’œil du loup » étudié dans de nombreuses écoles. Une adaptation du roman en court métrage d’animation pour la télévision, L’Œil du loup, a été réalisée par Hoël Caouissin en 1998.
En 2012, sort « Ernest et Célestine » qui sera vite encensé par la critique et les lecteurs de tout âge.
 Mon Score !


5-5-bis



Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s