Zazou – Jean Mazarin

Quatrième de couverture:

Dans le Paris de 1942, Paul, jeune zazou passionné de musique swing, va découvrir l’amour en même temps qu’il perdra l’insouciance. Pour les beaux yeux d’une femme, il va braver l’autorité vichyste et rejoindre les rangs de la Résistance.

Dans ce roman noir à la bande-son très jazzy, Jean Mazarin nous plonge dans la vie du Tout-Paris de l’Occupation.

Je suis swing, je suis swing, zazou, zazou, zazou zazou dé…



Ma « touche » perso:

Avant de dire quoique se soit, fermez les yeux (ou pas) et écoutez ceci …. 


Définition du mot Zazou : Les zazous sont un courant de mode de la France des années 1940. Il s’agissait de jeunes gens reconnaissables à leurs vêtements anglais ou américains, et affichant leur amour du jazz.

« 1942-1943… Il ne faut pas chercher dans cette fiction une parfaite exactitude historique, bien que le plupart des événements décrits, certains des personnages, et les us et coutumes de la vie à cette époque soient véridiques…                                     Tout a été distordu par l’auteur pour parvenir à ses fins. »              

Paul est un jeune Zazou (maintenant tout le monde sait ce que cela veut dire !) mais aussi le fils du commissaire Descamps. Il va rencontrer Anna, Juive, une jeune résistante, déjà veuve.
L’histoire se passe au moment de la grande rafle de Paris. Une histoire d’amour, une histoire de devoir moral, une histoire de guerre !

Entre la légèreté du Jazz et l’atrocité du camp de Drancy, Jean Mazarin nous fait passer de moments de joie à une oppression, un manque d’air. Mêlant personnages ou faits réels avec une fiction, ce roman a une authenticité, un cœur, une âme combattante !  

Ce qui est étrange avec les livres qui traitent ce sujet, c’est que l’on connaît les grandes lignes, la rafle, les camps, les trains …Mais on a toujours l’espoir que l’histoire change à travers ces romans. Qu’on découvre que non tout cela n’a jamais existé ! Alors voila, je tourne les pages, on me parle d’un gamin de 16 ans, juif, avec sa petite sœur de 4 ans, et j’y crois encore !! j’ai l’espoir que leurs destins soient beaux. Et je me prends une claque. Car ce n’est pas possible, hein Monsieur Mazarin ! Je ne peux changer le cours des choses …

Pourquoi lire ce livre, me direz-vous. Qu’apporte t’il aux autres romans qui traitent de ce sujet ?? La confrontation de deux mondes ! Celui d’une jeunesse dorée qu’on appellerai de nos jours des « Bobos », qui ne vivent qu’à travers la musique, le dernier film, la danse des premières surprises-party .. A celle de la résistance, du combat contre l’envahisseur. 

J’ai aimé croiser des personnalités comme Carmet, Signoret ou encore Vian et Queneau. J’ai aimé rencontrer des policiers qui savaient fermer les yeux ou des vieilles dames cacher des tracs pour sauver une jeune fille. J’avais besoin de voir ce côté de l’être humain dans cette période funeste. 

Merci Monsieur Mazarin d’avoir fait revivre Anna, Mésange et Nathan. De les faire exister à mes yeux. Et j’espère que nombreux d’entre nous lirons vos lignes ! En mémoire ! 

Mon score:



Palmarès de l’AUTEUR:

René-Charles Rey, dit Jean Mazarin est un écrivain français né en 1934 à Tunis.
René-Charles Rey quitte la Tunisie en 1961. Il est ensuite enseignant durant deux années, puis travaille pour une entreprise de sondage pendant une dizaine d’années. Au milieu des années 1970, il décide de vivre de sa plume. Il signe Emmanuel Errer des romans noirs d’espionnage et de politique-fiction puis Jean Mazarin des romans policiers et Charles Nécrorian des romans d’horreur et de science-fiction. Sous le nom de plume de Jean Mazarin, il a reçu le Grand prix de littérature policière 1983 pour Collabo Song. À la fin des années 1980, il se tourne vers la télévision et devient scénariste de séries telles que Un privé au soleil, Navarro, Les Cordier ou Malone, pour lequel il reçoit le grand prix du Télépolar au festival de Cognac en 2004
Devenu Jean Mazarin, il s’intéresse toujours aux problèmes de société, souvent avec humour (avec son inspecteur Poirel et son privé Puntacavallo). Il a écrit de la science-fiction et, sous le nom de Nécrorian, de remarquables romans d’horreur dans la collection « Gore ». 

Publicités

6 comments

  1. Merci pour cette recommandation. C'est un sujet qui peut être aborder une multitude de fois. Je ne m'en lasse pas. Tant par l'aspect historique, que romanesque. c'est sans cesse différent. Et tu en parles très bien.

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s