Majestic Murder -Armelle Carbonel

majestic-theater-history-urbex-1

Qu’il est difficile de parler de ce roman sans trop en dire ! Comment expliquer toute l’atmosphère qui coule dans ses veines ! Comment dire qu’on en ressort chamboulé, avec des sentiments contraires.

Une chose est certaine, ce roman ne ressemble à aucun livre que j’aurai pu lire jusqu’à présent !

Lillian est une jeune camée qui vit dans un squat. Elle rêve de carrière hollywoodienne. Seamus, un homme qui cache une part d’ombre, lui propose de passer une audition dans un théâtre pour le premier rôle. Le théâtre Majestic est un lieu glaçant et la troupe est des plus intrigante et inquiétante ! Mais sont-ils les plus dangereux ?

Connaissez-vous la série « American Horror Story »  ? Ce livre pourrait être une saison de cette série . Tous les éléments chers à cette fiction sont présents dans ce roman. L’angoisse, l’intrigue, des faits sanglants (parfois difficiles ). On flirt avec le fantastique ou l’occulte. Mais il y a toujours une part de réalité lugubre ! Ici également. 

Lillian doit incarner dans la pièce le personnage de Peg Entwistle. Une actrice qui s’est suicidée en 1932. Je n’en dirai pas plus, je vous laisse découvrir par vous même le destin de cette femme.

majestic-theatre-exterior-the-music-man-1958.jpg

Les mots sont des armes tranchantes capables de déchirer brutalement la réalité d’une vie misérable. Dissociés, ils semblent inoffensifs. Mais mis bout à bout, ils prennent parfois la consistance d’une obsession, qui vous entraîne là où vous ne seriez jamais allé de votre plein gré.

Les mots de l’auteure sont telles des images ou photographies qu’elle nous dépose sous les yeux .Une plume très visuelle, fluide et envoûtante.

Et après un début de lecture difficile, car je ne voyais pas où elle voulait nous emmener ni à suivre son Styx (un des fleuves de l’Enfer), j’ai déposé mon âme à ses pieds et me suis laissée transporter sur cette rive sombre, oppressante.

L’un des principaux personnages reste ce théâtre. Pour la petite histoire, un théâtre Majestic a réellement existé au Kansas, construit pour Harry Redmon et Fred Leber par les Frères Boller, un cabinet d’architectes en 1743. Il fermera en 1960, suite au manque de population dans la petite ville. En 1985, il fût même enregistré au registre national des lieux historiques.Majestic-Theater-History-urbex-1.jpg

majestic-theatre-exterior-the-music-man-1958.jpg

Aucun des personnages ne sera attachant sauf un. Un enfant qui ne demande rien, mais qui devrait avoir tout. Il vous sera donc impossible de vous rattacher à une parcelle d’humanité, de lumière et de beauté. Qu’on se le dise !

Un mot tout de même sur la décomposition du roman, chaque chapitre est un acte d’une pièce de théâtre. Après tout vous assistez à une superbe mise en scène, un jeu de dupe où je me suis fait berner. Les entractes sont une bouffée d’air frais puisque nous sortons du Majestic. Des chapitres courts où la psychologie a une grande place, mais qui peuvent convenir aux amateurs de sueurs froides.

Alors, aurez-vous le courage de découvrir cet étonnant huis clos ?

D’autres blogs en parlent ! Si vous souhaitez approfondir.
En Positif : anais serial lectricedelph la bibliovore
En négatif :

Mon score:

  • Originalité
  • Facilité de lecture4-5-bis
  • Charge émotionnelle
  • Dépaysement
  • Addictif
  • Instructif
  • Absence de longueur
  • Humour
  • Crédibilité
  • Coup de cœur

Quatrième de couverture:

Une écorchée vive qui rêve de brûler les planches.
Un squat à fuir, un homme secret et tourmenté.
Et une audition menée par une troupe étrange dans un théâtre abandonné…
Le Majestic.

Serez-vous prêts pour la première ?

Après un « Criminal Loft » encensé par la critique, « Majestic Murder » est un thriller sombre et original, asseyant définitivement son auteure parmi les plumes majeures de la littérature noire.

Publicités

9 comments

  1. C’est ça, je pense aussi qu’on adhère ou non et que personnellement on peut même surkiffer. Bon j’étais déjà une cible de choix avec Shakespeare, mais j’aime ce qui est tordu, bizarre, insane. J’aime Terry Gilliam, David Cronenberg… Non vraiment un livre atypique et juste sublime. Tu as eu raison de déposer ton âme, la mienne lui est offerte à jamais 😉

    Aimé par 1 personne

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s