La Maison au bord de la nuit – Catherine Banner

la maison

Une superbe saga familiale au cœur d’une île sicilienne.

Amadéo va se retrouver sur une île sicilienne, Castellamare, pour exercer son métier de médecin. L’île est isolée du continent. Seul au milieu des croyances, des ragots et d’el Conte, Amadéo va se faire une place dans ce village. A compter de maintenant la famille Esposito va être au cœur des histoires bonnes ou mauvaises, au cœur du monde qui change avec la 1ere et seconde guerre mondiale, au cœur de l’arrivée des technologies sur cette île pourtant capricieuse.

C’était le genre d’endroit qu’on ne pouvait aimer qu’au prix d’un certain effort, et pourtant, comprenait-elle à présent, c’était le seul endroit sur terre qu’elle pût aimer vraiment.

Un peu à la manière de Victoria Hislop avec son magnifique « l’île des oubliés », Catherine Banner nous dépeint des personnages attachants et émouvants. L’île est elle aussi un personnage à elle seule, elle est rude, difficile à apprivoiser, mais elle a un lien extraordinaire avec ses habitants.

On voit défiler les 500 et quelques pages à la manière d’un page-turner digne des romans d’actions. Et au cours de ses pages, tout un siècle se raconte. Avec ses guerres, l’arrivée du fascisme, l’électricité et sa modernité. Et l’ouverture sur le monde pour entrevoir une croissance. Comment décortiquer notre société vue par des habitants qui se sont toujours contentés de l’entraide. D’un côté, on aurait tendance à plaindre leur façon de vivre et leur pauvreté et d’un autre on les envie, car ils ne connaissent aucunement la solitude. Vous l’aurez compris, ce roman est une rencontre avec l’Humain.

J’ai adoré cette lecture. J’ai souri par moment, été peinée à d’autres. Mais cela fait bien longtemps qu’un roman ne m’avait pas autant transporté dans son univers et empêché de dormir pour connaitre la suite. (Mon conjoint lui a tout de suite mon aimé ce roman qui maintenait la lumière le soir !)

si vous avez aimé le Hislop cité précédemment ou dans un domaine plus rural les séries de Claude Michelet « Les grives aux loups »  » Les palombes ne passeront plus » bref la famille Vialhe, alors foncez !!! Et si vous aimez tout simplement la littérature blanche qui peut vous émouvoir alors, foncez aussi !

D’autres blogs en parlent ! Si vous souhaitez approfondir.
En Positif : d’autres vies que la mienne
En négatif  ou plus mitigé :  traces de lire

Mon score:

  • Originalité
  • Facilité de lecture5-5-bis
  • Charge émotionnelle
  • Dépaysement
  • Addictif
  • Instructif
  • Absence de longueur
  • Humour
  • Crédibilité
  • Coup de cœur

Quatrième de couverture:

1875. Amedeo, enfant trouvé, grandit dans un orphelinat de Florence sous la protection du Dr Esposito. Devenu médecin à son tour, il s’installe à Castellamare, une petite île bordée au nord par les lumières de Syracuse et, au sud, par la mer à perte de vue. Amedeo gagne très vite la confiance des habitants grâce à la finesse de ses diagnostics et à ses bons soins. Il entame une liaison avec Carmela, la femme du comte de l’île et maire du village. La Première Guerre mondiale éclate, Amedeo part se battre. À son retour en 1919, Amedeo décide d’acheter l’une des plus vieilles maisons de l’île, réputée maudite… et d’épouser Pina, la veuve de l’instituteur. Quelques mois plus tard, il met au monde deux enfants : celui de sa femme et… celui de Carmela. Ce scandale lui coûte sa réputation, le métier qu’il aimait tant et marquera à jamais son destin ainsi que celui de sa descendance.

 

Publicités

4 comments

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s