Apocryphe -René Manzor

Remonter à la nuit des temps. Remonter à l’origine de toutes religions. Se complaire dans le noir de ce roman et adorer la vision de l’Histoire de Monsieur Manzor.

Tout débute par la montée de Golgotha ou mont du calvaire si vous préférez. Un homme traîne sa croix. Cette histoire vous la connaissez. Alors peut-être pas parfaitement (comme moi d’ailleurs), mais les grandes lignes surement. Ce que vous ne savez pas, c’est l’existence de David de Nazareth. Cet enfant qui se cache pour voir mourir cet homme sur sa croix. Pour voir mourir son père.

Rien ne peut être plus important! Rien ne peut justifier qu’on sépare un fils de son père! Pas même le souffle de Dieu!

Quel culot, Monsieur Manzor ! Il fallait oser adapter l’essence même de la religion en roman noir ! Il fallait avoir votre intelligence et votre courage, surtout en ce moment, où tout est question de conflit, d’interdit. Vous l’avez fait avec délicatesse, respect et connaissance. Car vous restez fidèle à la trame des Ecrits.

Bien que nous nous retrouvions en l’an 30, les personnages sont très contemporains dans leur langage. Cet anachronisme qui au départ m’a dérangé, il faut bien le reconnaître, permet aussi une lecture plus facile. Puis, prise dans le roman, j’ai très vite fait l’impasse dessus.

Le corps humain à plusieurs points faibles et les armures romaines ne les protègent pas tous quand il est à cheval. Dis-moi, légionnaire, quel cerveau préfères-tu utiliser dans la vie ? Celui du haut ou celui du bas ?

L’écriture très visuelle de l’auteur vous transportera au cœur de cette épopée. Mélange de roman noir, de péplum, de fresque historique et religieuse. De ma mémoire de lectrice, je crois ( Mais… le doute, n’est-il pas le principe de la foi ? Quand on dit « je crois », c’est bien qu’on n’est pas sûr. R.Manzor) que c’est une première, un tel mélange 🙂

Apocryphe est donc l’histoire de David, sept ans plus tard. Un adolescent en colère après son père, son Dieu et le monde entier. Pris dans la tourmente qui l’entoure, dans un conflit qui le dépasse entre les Romains et les Juifs. Obligé de fuir avec son pire ennemi, Longinus. Mi-homme, mi-enfant, que les épreuves vont fatalement transformer.

Une lecture étonnante et enrichissante. Un grand moment de plaisir. Ce roman n’apporte aucune réponse. Il reste une fiction. Il est fait dans le respect des croyants ou non-croyants et peut toucher chacun de vous.

D’autres blogs en parlent ! Si vous souhaitez approfondir.

En Positif :  Emotions – chapitre à lire

En négatif ou plus mitigé : Pas trouvé à ce jour !

 

Mon score:

  • Originalité 5-5-bis
  • Facilité de lecture
  • Charge émotionnelle
  • Dépaysement
  • Addictif
  • Instructif
  • Absence de longueur
  • Humour
  • Crédibilité
  • Coup de cœur

 

Quatrième de couverture:

Jérusalem. An 30.
Un petit garçon regarde avec rage son père agoniser sur une croix.

Son nom est David de Nazareth, et ceci est son histoire.

Un adolescent en quête de justice et de vérité,
Une fresque épique, violente et émouvante,
un thriller biblique à couper le souffle,
relecture stupéfiante de l’histoire officielle.

Publicités

10 commentaires

  1. Je viens tout juste de découvrir l’auteur dans Les âmes rivales, que j’ai vraiment beaucoup aimé ! Du coup, je compte bien lire ses autres titres, à commencer par celui-là, merci 😉

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s