Bienvenue au motel des Pins perdus – Katarina Bivald

Retrouvez la 3ème comédie de Katarina Bivald. Après, La bibliothèque des cœurs cabossés que j’avais découvert par l’intermédiaire de Gérard Collard et Le jour où Anita envoya tout balader qui m’attend sagement dans ma bibliothèque, est paru le 07/02 aux Editions DENOËL l’histoire d’Henny.

Dans la petite ville de Pine Creek, un drame vient de se passer. Henny, une jeune femme pleine de vie vient de se faire percuter par un camion. Elle qui venait de retrouver l’amour de sa vie après 15 ans de séparation, est morte sur le coup. Mais son fantôme reste là. Impossible pour elle de trouver cette satanée lumière. Ce n’est pas grave, après tout elle est entourée de ses amis, de ce motel, des montagnes qu’elle aime plus que tout, de son père. Elle est heureuse et compte bien rendre heureux son entourage.

Des personnes que tu ne connais même pas te soutiendront et t’aideront, l’amour fera une entrée fracassante dans ta vie, et l’amitié se creusera un nid douillet. L’unique moyen de ne jamais être blessée, c’est de ne rien avoir à perdre, mais quelle triste manière de vivre sa vie. Nos cœurs sont capables d’encaisser plus que nous le croyons ; ils continuent à battre longtemps après que nous sommes partis en fumée.

Ce roman vous raconte l’histoire de 4 amis d’enfance. Vous avez :

. Henny, la gentille et compréhensive.

. Mackensie, la sauvage et vindicative homosexuelle qui essaie de trouver sa place dans une ville puritaine.

. Michael, l’amour d’Henny, qui se sent opprimer lui qui vit dans l’ombre de son frère ainé et un père distant. Il revient après 15 ans d’absence. Il a fait le tour du monde, a trouvé sa place dans son milieu professionnel.

Et Camilla, qui enfant est né garçon et qui va fuir cette ville pour enfin vivre. Elle revient pour pleurer son amie et reprendre sa place au motel.

Entre présent et flash back, Katarina Bivald vous raconte le combat d’une ville contre la différence, se cachant derrière un discours moralisateur.

Deux petits bémols pour moi pour cette lecture. La première est le nombre de pages, 576. Je pense que l’on peut en enlever beaucoup. Ce livre est beaucoup trop long et pour le coup il perd de son dynamisme. Le second est le personnage d’Henny, je trouve que son fantôme ne sert à rien. Il n’influence pas les autres personnages, seul son souvenir le fait et il n’interagit nullement. Ce roman existerait très bien sans ce personnage en fantôme, mais uniquement en souvenir, ce qui allégerait le roman de quelques pages. Oui je reviens au numéro un.

Un bon livre en dehors de ça. L’auteur continue à offrir des romans feel-good de qualité. Une histoire d’amitié, de leçon de vie et d’ouverture d’esprit.

D’autres blogs en parlent ! Si vous souhaitez approfondir.

En Positif : Lectures gourmandesJulie-lou

En négatif ou plus mitigé :

  • Originalité
  • Facilité de lecture
  • Charge émotionnelle
  • Dépaysement
  • Addictif
  • Instructif
  • Absence de longueur
  • Humour
  • Crédibilité
  • Coup de cœur

Quatrième de couverture:

On meurt tous un jour… pas forcément dès le premier chapitre ! C’est pourtant ce qui arrive à Henny. Mais elle se refuse à quitter notre monde sans avoir accompli une dernière tâche : retrouver, réconcilier et rendre heureux ses anciens amis. Drôle, farfelue et émouvante, Henny est l’amie qu’on rêve d’avoir à ses côtés… vivante de préférence !

Publicités

2 commentaires

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s