Dans la toile – Vincent Hauuy

Vincent Hauuy est un nom qui devient un indice de garantie dans le monde du polar, avec son dernier roman il ne dément pas les rumeurs qu’il faut compter sur lui à l’avenir.

Dans la toile est un one shot. Vous ne retrouverez donc pas les personnages de ses précédents romans. Vous allez faire la connaissance d’un couple pour le moins mystérieux, atypique et tortueux.

Isabelle Gros est une rescapée d’une tuerie de masse. Après un coma dû à ses blessures, elle revient avec des pertes de mémoire, une incapacité à mémoriser les visages et des crises d’anxiété. Son mari, médecin, lui suggère de quitter leur appartement de Paris pour un chalet dans le Jura. Tout juste installée, Isabelle remarque des choses bizarres. Mais est-ce son imagination ? Elle ne peut se reposer sur sa mémoire, et nous non plus.

C’est oppressant

Ce livre est construit comme la mémoire du personnage principal. C’est un gruyère qui passe de son enfance, son présent, ce qu’elle a vécu et ce qu’elle suppose vivre. Un méli-mélo de situations qui prennent sens petit à petit. On doute, on vit les mots de l’auteur.

Cela donne un climat assez perturbant. On a du mal à cerner les personnages, car on doute de tout et certains passages ne s’imbriquent pas parfaitement dans notre chronologie. On est déstabilisé et c’est finalement très agréable de devoir se laisser porter.

Enfance

Les chapitres sur l’enfance d’Isabelle m’ont beaucoup plu. C’est dramatique, mais il y a un petit côté Le garcon et l’univers de trent dalton que j’avais adoré.

Je peux vous garantir que vous allez faire un nombre incalculable de suppositions. Vous allez peut-être frôler la vérité, mais je suis persuadée que vous ne trouverez pas le fin mot de cette histoire. Vincent Hauuy est un tortionnaire de nos méninges.

D’autres blogs en parlent ! Si vous souhaitez approfondir.

En Positif : Un bouquin sinon rienAupres des livres

En négatif ou plus mitigé : La bibliotheque de celine

  • Originalité
  • Facilité de lecture
  • Charge émotionnelle
  • Dépaysement
  • Addictif
  • Instructif
  • Absence de longueur
  • Humour
  • Crédibilité
  • Coup de cœur

Quatrième de couverture :

Isabel Gros est une miraculée. Seule survivante d’une fusillade, elle a passé deux semaines dans le coma. Contrainte d’abandonner sa carrière de critique d’art et ne supportant plus la vie citadine, elle quitte Paris avec son mari, pour s’installer dans leur nouveau chalet, au coeur des Vosges. Souffrant de graves séquelles, Isabel pense se reconstruire grâce à la peinture. Mais le malaise qu’elle ressent dès son arrivée va rapidement se transformer en terreur.

2 commentaires

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s