La femme qui ne vieillissait pas – Grégoire Delacourt

On considère que le pire fardeau est de vieillir, mais n’est-ce pas l’inverse ? Comment vivre lorsque tout est figé pour vous et que le monde continu de tourner ?

Betty peut vous en parler. Elle qui a vu sa mère emportée trop top pour la voir vieillir, se retrouve sous le coup d’une malédiction. Oui vous avez bien lu, car c’est finalement une malédiction de ne pas vieillir. Betty a vieilli physiquement jusqu’à ses 30 ans. Après tout s’est figée, comme un éternel tableau, une fleur vitrifiée. L’absence de rides est plaisante au début puis au bout d’un moment cela devient très lourd à porter. Venez avec moi découvrir la vie de Betty.

On voit qu’un homme change parce qu’il s’est fait poser des implants sur le crâne, ou possède soudain un cabriolet sport et affiche une femme de l’âge de ses filles ; on voit qu’une femme change parce qu’elle prend du poids, modifie sa couleur, porte des talons plus stables, mais si on reste la même, strictement la même, les gens sont aveugles, peut-être aussi parce qu’ils se complaisent dans l’idée qu’eux-mêmes ne changent pas – l’effet miroir.

C’est un drame que Gregoire Delacourt nous dépeint, un drame un peu fantastique, certes, mais un drame tout de même.

J’ai aimé la balance faite entre Betty, qui rappelons-le ne vieilli pas et sa meilleure amie Odette qui va entrer dans le cercle vicieux des chirurgies esthétiques afin de garder son mari. Qu’il est difficile d’être une femme !

Ce roman est une pure merveille. Rien de mieux pour se sentir bien dans sa peau avec ses rides, ridules. Oui nous sommes chanceuses, oui nous sommes belles et oui nous le vivons le mieux possible. C’est une ode à la femme ce livre. De tout âge.

En complément de ce roman, je vous conseillerai de découvrir l’un des romans de Valérie Clo La tyrannie des apparences. Avec un humour d’une finesse de dentellière, Valérie Clo se moque avec délice de notre société, de notre perfection de l’être humain, de la technologie pour rester jeune

D’autres blogs en parlent ! Si vous souhaitez approfondir.

En Positif : Aude bouquineDelcyfaro

En négatif ou plus mitigé : luocineC’est quoi ce bazar

  • Originalité
  • Facilité de lecture
  • Charge émotionnelle
  • Dépaysement
  • Addictif
  • Instructif
  • Absence de longueur
  • Humour
  • Crédibilité
  • Coup de cœur

Quatrième de couverture

« À quarante-sept ans, je n’avais toujours aucune ride du lion, du front, aucune patte d’oie ni ride du sillon nasogénien, d’amertume ou du décolleté; aucun cheveu blanc, aucune cerne; j’avais trente ans, désespérément. » Il y a celle qui ne vieillira pas, car elle a été emportée trop tôt.Celle qui prend de l’âge sans s’en soucier, parce qu’elle a d’autres problèmes.Celle qui cherche à paraître plus jeune pour garder son mari, et qui finit par tout perdre.Et puis, il y a Betty. 

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s