Retour à Duncan’s Creek – Nicolas Zeimet

J’ai enfin sorti ce roman de mon immense PAL pour mon plus grand plaisir et j’espère le votre si vous me lisez et me faites confiance 🙂

Retour à Duncan’s Creek est la digne suite de Seuls les vautours. Alors il est vrai que pour apprécier pleinement ce roman, je vous conseille de lire le premier. Bien que celui-ci soit une histoire à part entière, vous aurez tout de même connaissance d’un passif intense, d’ un lien fort et dramatique qui lie les personnages de cette histoire.

Sam, Jake et Ben ont bien grandi. On les retrouve 20 après, tous dispersé. Deux ont fui leur ville d’enfance. Seul Ben est resté Duncan’s Creek, cette petite ville de l’Utah. On ne peut pas dire, qu’ils soient restés amis, mais à la première difficulté Jake est présent. D’ailleurs, c’est bien ça notre histoire ! Jake raccompagne Sam à Duncan’s Creek. Il n’est plus temps de fuir le passé. Il est temps de l’affronter !

Le destin n’est rien d’autre que la part de bonheur ou de malheur, le lot de fortune ou d’infortune, qui échoit à chacun à la naissance, et la vie distribue ses cartes au hasard.

Nicolas Zeimet, c’est une jolie plume. Avec des phrases pleines de sens et une profondeur qui vous atteint en plein cœur. C’est aussi des romans où il prend son temps. Pour nous présenter ses personnages, poser son histoire, semer le doute. Il vous berce, vous émeut,  vous raconte un drame et des atrocités simplement. Pudiquement. C’est une immersion qu’il nous offre.

Le roman est scindé en deux parties qui s’alterne à chaque chapitre. Une sorte de road trip funèbre et un drame passé il y a vingt ans. On défile à travers les différents états américains. La force de cet auteur est son pouvoir de nous planter un décor digne des grands auteurs américains. D’ailleurs l’ambiance pourrait rejoindre le roman Nulle part sur la terre de Michael Farris Smith (auteur américain . Mississippi ).

Tant que j’y suis, je vous conseille également de lire son précédent roman, Comme une ombre dans la ville. Une autre histoire, une autre ambiance, mais un roman étonnant pour son mélange des genres.

D’autres blogs en parlent ! Si vous souhaitez approfondir.

En Positif :  sous les paves la page – the love book

En négatif ou plus mitigé :

 

Mon score:

  • Originalité 4-5-bis
  • Facilité de lecture
  • Charge émotionnelle
  • Dépaysement
  • Addictif
  • Instructif
  • Absence de longueur
  • Humour
  • Crédibilité
  • Coup de cœur

 

Quatrième de couverture:

Après un appel de Sam Baldwin, son amie d’enfance, Jake Dickinson se voit contraint de retourner à Duncan’s Creek, le petit village de l’Utah où ils ont grandi.
C’est là que vit Ben McCombs, leur vieux copain qu’ils n’ont pas revu depuis plus de vingt ans. Les trois adolescents, alors unis par une amitié indéfectible, se sont séparés dans des circonstances dramatiques au début des années quatre-vingt-dix.
Depuis, ils ont enterré le passé et tenté de se reconstruire. Mais de Los Angeles aux montagnes de l’Utah, à travers les étendues brûlantes de l’Ouest américain, leurs retrouvailles risquent de faire basculer l’équilibre fragile de leurs vies.
Ce voyage fera ressurgir les haines et les unions sacrées, et les amènera à jeter une lumière nouvelle sur le terrible secret qui les lie. Ils n’auront alors plus d’autre choix que de déterrer les vieux cadavres, quitte à renouer avec la part d’ombre qui les habite… et à se confronter à leurs propres démons.

Publicités

9 commentaires

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s