Le Mari de la harpiste – Laurent Bénégui

J’aime les romans de Laurent Bénégui. Ils me font généralement passer de bons moments. Il est vrai qu’ils n’ont pas tous ma préférence, certains me touchent plus que d’autres, mais il reste que j’ai plaisir à lire ces romans. Le Mari de la harpiste fait partie de ceux que j’ai préférés de l’auteur.

Il y a très souvent un côté rocambolesque dans ces romans. Cependant, attention, le burlesque est subtil, ne comptez pas lire un roman de J.M.ERRE par exemple .

J’ai découvert l’auteur avec le roman Mon pire ennemi est sous mon chapeau , l’histoire d’un généticien au chômage qui se lance dans le cambriolage. Puis j’ai lu naissance d’un père qui nous raconte le parcours d’un homme sur sa nouvelle condition de père. Enfin, la part des anges, est peut-être celui qui m’a le moins touché et pourtant il parle de deuil.

Dans ce nouveau roman, c’est l’histoire d’amour de deux personnes dont l’une a une passion, dirons-nous , envahissante. Harpiste de métier, elle joue matin, midi et soir. Elle héberge même une famille de harpes, laissant très peu de place pour un homme. Toute sa vie tourne autour d’elles. Elles font partie intégrante de l’essence de cette femme. L’amour ne joue pas à deux ici.

C’est une belle histoire que nous conte Laurent Bénégui. L’histoire d’amour de la femme pour un instrument. Il est si fort, qu’il la pousse à se dépasser, à s’imposer un rythme, un entrainement drastique. Et l’histoire d’amour d’un homme qui prend cette femme telle qu’elle est. Avec son univers « artiste », ses aléas pour déplacer ce monstre ou même être relégué bien après cette harpe.

Une lecture fraîche pleine d’humanisme.

D’autres blogs en parlent ! Si vous souhaitez approfondir.

En Positif : Des livres des livresLa caverne aux livres de laety

En négatif ou plus mitigé :

  • Originalité
  • Facilité de lecture
  • Charge émotionnelle
  • Dépaysement
  • Addictif
  • Instructif
  • Absence de longueur
  • Humour
  • Crédibilité
  • Coup de cœur

Quatrième de couverture:

Vous êtes-vous déjà approché d’une harpe ? L’instrument est magnifique, mélodieux, mais n’entre pas dans les ascenseurs, ne supporte ni le froid ni le chaud, coûte plus cher qu’une voiture, a plus de cordes qu’un régiment d’archers, plus de pédales qu’un peloton de cyclistes, et si vous n’en jouez pas tous les jours, vous perdez vos doigts. En toute franchise, une harpe, c’est le bazar dans votre vie. Mon problème, c’est que je suis tombé amoureux d’une harpiste…

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s